Publié le 23 Avril 2010

Qu’est-ce que la sénescence? Dans son sens le plus large, la sénescence est un changement irréversible qui se produit dans un système ou une structure avec le cours du temps.

Il a été publié à propos de l’hydrogène qu’il a des effets neuroprotecteurs dû à ses propriétés antioxydantes, mais les effets de l’hydrogène dans la détérioration cognitive dû aux altérations cérébrales causées par la sénescence et les mécanismes sous-jacents n’ont pas été décrits. Dans cette étude, on a investigué l’efficacité de boire de l’eau hydrogénée pour la prévention de la perte de mémoire spatiale et les altérations cérébrales en relation avec l’âge, en utilisant des souris propices à la sénescence accélérée (SAMP8), lesquelles montrent un syndrome de vieillissement prématuré, incluant la détérioration de l’habilité d’apprentissage et la mémoire. Ainsi le traitement avec de l’eau hydrogenée pendant 30 jours avait pu prévenir les détériorations de l’habilité cognitive en rapport avec l’âge démontrées dans SAMP8, en les évaluant avec un « labyrinthe d’eau », étant aussi associé avec une augmentation des niveaux de sérotonine du cerveau et avec une activité antioxydante qui serait élevée. Par ailleurs, en buvant de l’eau hydrogénée pendant 18 semaines, la neurodégénérescence dans l’hippocampe est inhibée tandis qu’il a été registré une perte notable de neurones dans les cerveaux vieillis des souris qui buvaient de l’eau normale. Sur la base de nos résultats, l’eau hydrogénée mérite de continuer à être étudiée pour un possible usage thérapeutique préventif dans les désordres cognitifs en relation avec le vieillissement.

Discussion (page 273)

Nos données démontrent que boire de l’eau hydrogénée tous les jours est efficace dans la prévention des altérations de la mémoire et de l’apprentissage, causés par le vieillissement, dans un sujet animal diagnostiqué de sénescence accélérée. Boire de l’eau avec un haut contenu en hydrogène est une avancée novatrice, sûre et puissante vers la prévention des désordres cognitifs produits par le vieillissement.

La perte d’habilités cognitives pendant le vieillissement, jusqu’à l’absence d’une maladie neurodégénérative spécifique, est un processus complexe et on y trouve tout un tas de causes. Pourtant le stress oxydatif, un déséquilibre entre les niveaux endogènes des espèces réactives à l’oxygène et le système défensif antioxydant, s’être avéré la principale cause de la détérioration cognitive causée par la sénescence.

 

Yeunhwa Gu, Chien-Sheng Huang, Tota Inoue, Takenori Yamashita, Torao Ishida, Ki-Mun Kang et Atsunori Nakao.
Diplômée de l’école de Sciences et de Santé, Université de Sciences de la Médecine de Suzuka, Japon. Division de Chirurgie Thoracique, Département de Chirurgie, Hôpital Général de Vétérans de Taipei et Université Nationale de Yang-Ming, Ecole de Médecine, Taipei, Taiwan. Département de Chirurgie, Université Centre Médical Pittsburgh, Pittsburgh, EEUU. Département de Radiologie Thérapeutique, Hôpital Universitaire National Gyeongsang, Institut de Sciences de la Santé de Gyeongsang, Corée du Sud.